Sortir l’électricité nucléaire d’une maison BBC: rêve ou réalité ?

"L'actu en patates" : un blog de Martin Vidberg sur LeMonde.fr. Dessin du 12 Mars 2011

 On aime -ou pas- les dessins du talentueux Martin Vidberg sur son blog L’Actu En Patates du Monde.fr, mais celui-ci pose indirectement la question : est-on forcé de choisir entre le nucléaire et le pétrole pour l’électricité de nos maisons BBC ?

Rappel : le nucléaire compte pour 78% de la production électrique en France (source Wikipedia)

Si on voulait sortir du nucléaire aujourd’hui, est-ce possible et réaliste ?

J’arrête tout de suite les gesticulations des revendeurs de panneaux photovoltaïques au fond de la salle :

1. Le pic de consommation électrique en France est à 19h00 en hiver quand les particuliers rentrent à la maison et allument tous leurs équipements domestiques.

Sauf qu’à 19h00 en hiver : il fait nuit… donc pas de photovoltaïque disponible.

Ce qui n’est pas sans nous rappeler le mythe des « Apports solaires dans une maison BBC passive « …

Quant aux panneaux fonctionnant efficacement à la seule lueur de la Lune, on est pas prêt d’en voir la lumière  couleur.

2. La quasi-totalité des panneaux photovoltaïques disponibles en France sont produits en Chine (devenu 1er fabricant mondial en quelques années, comme d’hab…).

Or la fabrication de ces panneaux exige des quantités considérables d’énergie électrique que la Chine produit aujourd’hui avec des centrales à charbon ou au fioul.
Sans parler du carburant consommé pour amener ces panneaux des usines chinoises jusqu’en France (camions puis bateaux).
Et on ne connait pas encore quel sera le véritable coût énergétique du recyclage des ces panneaux dans 10-15 ans.
Donc une autre « fausse bonne idée », en l’état actuel de l’industrie PV.

Pour l’éolien, c’est différent mais pareil : sa production, 100% dépendante des aléas météorologiques,  est trop instable -et non stockable- pour qu’on puisse compter dessus pour un usage quotidien.

Si l’éolien et le PV ne suffisent pas à sortir du nucléaire, alors comment fait-on ?

Petit rappel sur la technique de base de production d’électricité, hors photovoltaïque : elle utilise ce que les ingénieurs appellent un « cycle moteur » afin de faire tourner une turbine produisant l’électricité.

C’est comme la dynamo de votre bicyclette d’enfant : il faut pédaler pour que ça éclaire ^!^

En pratique, cela peut être une turbine à eau (barrage hydro-électrique), à vapeur (charbon, fioul, nucléaire), mécanique (éolien) ou thermique (générateur de chantier, moteur de voiture pour charger la batterie etc.).

La centrale électrique à cycle combiné ou cogénération

L’une des principales alternatives au nucléaire, soutenue par les organisations écologistes comme « Sortir du Nucléaire », est la cogénération d’énergie qui s’appuit s’appuie sur le constat suivant : produire de l’électricité génère une forte quantité de chaleur qui est dissipée dans l’environnement (type cours d’eau ou atmosphère).

L’idée est de récupérer cette chaleur pour un usage domestique : chauffage des logements et/ou production d’eau chaude sanitaire. Cependant cela implique, pour des questions de déperdition d’énergie (contrairement à l’électricité, la chaleur se stocke bien mais se transporte très mal), que les centrales à cogénération soient installées à proximité immédiate des quartiers résidentiels.

Ce qui est, dans la pratique, difficile à réaliser en France : plus de terrain disponible ou coût du foncier trop élevé, méfiance et refus des habitants d’avoir une « centrale » près de chez eux etc.

Important : dans le cas d’une centrale électrique avec co-génération de taille industrielle, sa production principale est l’électricité et sa production dérivée/secondaire est la chaleur.
C’est l’inverse pour la micro-cogénération.

Et quid des chaudières individuelles à micro-cogénération ?

En effet, certains fabricants de chaudières à usage individuel ont conçu des modèles dits « à micro-cogénération ». Il s’agit de chaudière à condensation alimentant des radiateurs à eau ou des planchers chauffants, et non d’alimenter un chauffage électrique dans une maison BBC passive.

Par exemple la marque De Dietrich dont le modèle « Hybris Power » fait l’objet de tests chez des particuliers en Allemagne : cette chaudière gaz à condensation produit simultanément du chauffage OU de l’eau chaude sanitaire, ET de l’électricité.
Je souligne le mot « simultanément » car il a une importance dramatique pour nos maisons BBC.

Je me suis entretenu avec leurs ingénieurs car je voulais comprendre la répartition entre la production électrique de la chaudière et la fourniture d’électricité par EDF ou équivalent : en clair, comment utiliser 100% de la capacité électrique de la chaudière en permanence et compléter ensuite par EDF ?

Et la réponse ne fut malheureusement pas celle que j’attendais : « Attention, l’électricité est une production dérivée/secondaire d’une chaudière à micro-cogénération qui reste un matériel de chauffage. Elle n’est produite que lorsque que la chaudière fonctionne en mode chauffage ou eau chaude sanitaire (ECS) ».

Ou dit autrement : une chaudière à cogénération est incapable de produire uniquement de l’électricité, sans chauffage ou ECS, à la demande des occupants de la maison.
Donc pas besoin de chauffage/ECS = pas d’électricité disponible.

Ce qui pose un sacré souci pour une maison BBC à enveloppe passive avec production instantanée d’ECS : la majorité de l’année, la chaudière ne fonctionne pas en mode chauffage.
Quant à la production d’ECS instantanée, on dépassera rarement 1 heure par jour d’usage d’eau chaude.

Ce qui reviendrait à avoir 1 heure d’électricité co-générée par jour et des situations comiques à la « Chérie, reprends une douche stp, je veux regarder les nouvelles à la TV ».

Donc dans une maison BBC, la sobriété énergétique devient l’ennemie de la production d’électricité par micro-cogénération.

C’est rageant, n’est-ce-pas ?

Mais avec un peu de chance et le progrès de la recherche et du développement, peut-être verrons-nous dans un futur proche des systèmes de production d’électricité domestique à la demande et autonome.

**********************************************************************************************************************
Pour plus d’informations sur les solutions pour réduire notre dépendance au nucléaire :

Le Comité de Liaison des Energies Renouvelables
L’association négaWatt pronant Sobriété, Efficacité, Renouvelables
Le Réseau Action Climat (RAC), branche française de l’excellent Climate Action Network (CAN)
Et l’incontournable réseau Sortir du Nucléaire

 

Cette entrée a été publiée dans BBC et bioclimatique, Chauffage et ECS. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *