Les apports solaires dans une maison BBC passive ? OSEF LOL NOOB !

Superbes apports solaires sur les immeubles BBC de l'éco-quartier Hammarby à Stockholm. Photo prise vers 13h00 le 25 décembre 2009 (véridique !)

Un titre un poil provocateur mais dans l’air du temps (*) pour ce billet d’humeur.

Car de plus en plus, on rencontre dans les salons spécialisés en éco-construction des intervenants qui viennent vous expliquer que « pour construire une maison BBC passive, il faut OBLIGATOIREMENT prendre en compte les apports solaires en hiver ».

(Précisons que nous sommes constructeur de maison BBC passive en bois dans le Nord-Est de la France)

Ah bon ? Et pourquoi donc, Môssieur l’Expert auto-proclamé en génie climatique ?

« Parce que ça coule de source: cela permet de réduire les besoins de chauffage, m’enfin jeune homme ! » sur le ton péremptoire du Maître qui s’adresserait à son jeune Padawan.

Et là, je souris intérieurement, franche rigolade en perspective.

Et si on construisait des maisons BBC sans besoin d’apports solaires ?

Donc j’enchaine avec la réponse générique :

« Pourquoi voulez-vous qu’on prenne en compte les apports solaires en hiver, vu qu’on peut orienter nos maisons BBC plein Nord au lieu de plein Sud, sans impact notable sur la consommation de chauffage ? »
On pourrait presque les mettre au fond de la vallée de Chamonix, en versant Nord à l’ombre tout l’hiver, ça ne changerait pas grand chose à votre facture de chauffage…

Ce qui déclenche une réaction garantie du pseudo-expert bioclimatique « Quoi ?!? Mais c’est scandaleux, comment osez-vous affirmer une chose pareille ? »
(Le poisson a mordu à l’hameçon, que du bonheur)

Je passe sur le fait que nous sommes l’un des plus anciens constructeurs vosgiens de maisons en bois et que construire des maisons chauffées uniquement au bois, on sait le faire depuis des siècles dans le climat rigoureux des Vosges.
Bien avant que les zozos importateurs du photovoltaïque ou des pompes à chaleur Made In China viennent nous bassiner avec leur vision pseudo-écologique de la course à l’armement énergétique renouvelable.

Et à l’étranger, parle-t-on autant des apports solaires en construction BBC ?

Alors je lui raconte une petite anecdote.

Il y a quelques années, un nombre croissant de nos nouveaux clients non-vosgiens -et bien au fait des nouvelles normes de basse consommation- nous a sollicité sur la question des apports solaires passifs en hiver.

Notre première réponse fût candide : « On fait comme on a toujours fait par ici : des murs solides avec une très bonne isolation, pas de courants d’air de l’extérieur, un bon sas d’entrée avec double porte et une circulation d’air naturelle dans la maison pour que la chaleur du poêle à bois se diffuse ».

Comme certains d’entre eux nous rétorquaient « Oui mais bof… C’est pas comme ça qu’on fait dans les pays scandinaves, on l’a vu à la TV, merci et au revoir… », on s’est posé la question :
y-aurait-il un secret de la construction basse consommation chez ces valeureux Vikings que nous ne connaissons pas ?

Réunion de crise et tour de table : qui connait un constructeur scandinave ?

– J’ai une voiture Saab/Volvo : non
– J’ai un téléphone Ericsson/Nokia : non
– J’ai une cuisine Ikea : non
– J’ai une boite de Lego : non
– J’ai un caleçon H&M : non plus
– J’ai du saumon fûmé et du Wäsa : roh
– J’ai connu une jeune fille au pair : tu sors
– Ma mère est suédoise et mon cousin est ingénieur en BTP là-bas : BINGO !

Direction la Suède et ses constructeurs de maisons Basse Consommation

Et voici le pauvre bougre mandaté pour une mission de la plus haute importance : découvrir comment les constructeurs suédois de maisons en bois gèrent les apports solaires.
Pour protéger son identité, nous l’appellerons « Gérard », vu que nous sommes basés à quelques encablures de Gérardmer dans les Vosges.

Notre « Gérard » national embarqua donc pour Stockholm afin d’y rencontrer Björn, un spécialiste de la construction de maison BBC.

Gérard : bonjour, comment gérez-vous les apports solaires passifs dans vos maisons BBC ?
Björn : pardon, les quoi ?
Gérard : les APPORTS SOLAIRES PASSIFS
Björn : je ne comprends pas, explique moi STP
Gérard : ben en hiver, pour réduire la consommation de chauffage de vos maisons, comment utilisez-vous la chaleur naturelle des rayons solaires ?
– Björn : la chaleur du soleil ? En hiver ? HA HA HA, excellente ta blague !
Hep les gars, le boulet Français me demande comment on gère le soleil en hiver pour chauffer gratuitement nos maisons !
HA HA HA, il est trop drôle ton Frenchie, sont über-forts ces mangeurs de grenouille !
Gérard : c’est pas drôle les gars -et j’aime pas les grenouilles-, je suis venu jusqu’ici pour comprendre, soyez sympa et expliquez moi sinon je vais passer pour une truffe de retour au bercail.

Björn: excuse-nous, on ne pensait pas que tu étais sérieux et on ne voulait surtout pas t’offenser. C’est juste que ta question nous a surpris.
Vois-tu, c’est un peu comme si tu demandais à un Suisse comment il gère les horaires des marées pour naviguer sur le Lac Léman.
Ou à un Australien comment il gère la fonte des neiges au printemps dans le Bush
(NDLR: les Suédois sont de grands voyageurs)
Gérard : ok pour le lac et le bush mais quel rapport avec les apports solaires en Suède ?
Björn : c’est très simple, Gérard.
En Suède, en hiver, il n’y a pas d’apports solaires pour chauffer une maison.


Gérard : PARDON ?
Björn :  je t’explique pourquoi. Nous sommes à Stockholm, dans la moitié Sud de la Suède (au Nord, vers le Cercle Polaire, c’est encore pire…).
Ici en Décembre, le jour se lève à 9h30 et se couche à 14h30.
On part au bureau le matin il fait nuit, on sort du bureau il fait nuit. Si le temps est nuageux ou qu’il neige, on ne verra pas un rayon de soleil de la journée.
Et cela arrive souvent pendant des jours, voire des semaines d’affilée : pas un rayon de soleil !
J’ajoute à cela que le soleil étant tellement bas dans le ciel, il est souvent caché par des obstacles naturels (arbres, collines, etc.) lors de ses rares apparitions.
Sans parler des constructions environnantes, actuelles ou futures d’ailleurs.

Gérard : donc si je comprends bien, vous ne prenez pas en compte les apports solaires pour une maison ?
Björn : exactement, ce que tu appelles « les apports solaires passifs » ne font pas partie de nos calculs thermiques pour une maison. Tout simplement parce qu’on ne peut pas compter dessus. C’est notre climat qui veut cela : ON A PAS LE CHOIX !
C’est la même chose en Norvège, en Finlande et probablement dans le Nord de la Russie ou du Canada.
Par la force de la nature ici, nous avons dû apprendre à construire BBC sans pouvoir compter sur le soleil en hiver.
Si ça peut t’aider à expliquer nos conditions météo à tes collègues en France, nous te ferons parvenir des photos de notre éco-quartier d’Hammarby à Stockholm (10 000 logements BBC) prises en plein jour en Décembre.
Ils comprendront mieux ce qu’est l’absence d’apports solaires pour nos habitations.
(cf. la photo en tête d’article)

Gérard : c’est vraiment très beaucoup intéressant.
Est-ce que vous pourriez me fournir quelques détails de votre principe constructif ? On pourrait comparer et, qui sait, peut-être s’en inspirer pour améliorer nos constructions BBC.
Björn : bien sûr, ce serait un plaisir et un honneur pour nous. Et c’est la moindre des choses de partager cela avec toi qui a fait tant de kilomètres pour nous rencontrer.

*************************************************************************************************************************

Voilà donc l’anecdote de notre Gérard confronté aux réalités des apports solaires passifs des constructeurs de maisons BBC en Suède : quand y a pas de soleil, on apprend à faire sans !
Ce n’est ni un concept ni de la théorie mais bien le quotidien des habitants des pays nordiques.

Alors la prochaine fois que vous abordez la question des apports solaires passifs « obligatoires » avec un expert en éco-construction, parlez-lui de Gérard et de son aventure suédoise. Et demandez-lui si ses maisons BBC seraient capables d’affronter un véritable hiver comme en Suède.

Maintenant si votre terrain vous permet d’intégrer les apports solaires, il faut bien sûr en profiter.
Mais dans le cas contraire (ex: orientation plein Nord obligatoire ou refus de couper des arbres) ne baissez pas les bras : il est tout à fait possible de construire une maison BBC sans apports solaires hivernaux.
C’est juste une question de compétence et de savoir-faire de votre constructeur.

Cordialement,

PS 1 : Björn est un personnage fictif bien plus français que suédois. Un véritable suédois n’oserait jamais traiter avec autant d’ironie un invité, ce serait une faute de savoir-vivre… Par contre, le tutoiement est bien naturel et systématique dans la culture suédoise.

(*) PS 2Traduction du titre issu du langage SMS de la génération Facebook
– OSEF : On S’En Fout
– LOL : Laughing Out Loud (MDR en français : Mort De Rire)
– NOOB : Newbie (en français : débutant inexpérimenté et sans connaissance)

PS 3 : d’accord, pas d’accord ?
Ce blog est ouvert à vos commentaires. Merci de respecter ses règles : courtoisie et orthographe de rigueur. Pas de langage SMS ni publicité.

Cette entrée a été publiée dans BBC et bioclimatique, Humeur. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *